Dépôts de mendicité

Estampe d'un mendiant/vagabond

Estampe d’un vagabond

Deux de mes ancêtres sont décédés dans un dépôt de mendicité : l’une en 1831 dans l’Aisne et l’autre en 1832 dans la Marne.

Les dépôts de mendicité ont été créés en 1767 mais c’est surtout le décret du 5 juillet 1808, signé par Napoléon Ier, qui les instaure.

A partir de cette date, la mendicité est strictement interdite et toute personne surprise en flagrant délit de mendicité ou de vagabondage est arrêtée et emmenée au dépôt de mendicité du département.

Dans la Marne, c’est à Châlons-sur-Marne qu’est créé le dépôt de mendicité départemental. Celui-ci est installé dans la Maison d’Ostende en février 1809. Il restera un dépôt de mendicité jusqu’en 1834 où il devient un hospice destiné aux victimes d’aliénation mentale.

Les plans numérisés du dépôt de mendicité de Châlons sont consultables sur le site des Archives de la Marne(*). Hommes et femmes étaient séparés et avaient des cours à part, mais on y trouve aussi des cours pour « vénériennes et galeuses », « fols » et « folles ».

Dépôt de mendicité de Châlons-sur-Marne

Dépôt de mendicité de Châlons-sur-Marne

Dans les dépôts de mendicité, le travail était obligatoire. A Châlons, les plans du dépôt indiquent d’un côté une filature de laine et de coton pour les hommes, et de l’autre côté un ouvroir pour les femmes.

C’était sûrement à peu près la même chose à Montreuil sous Laon où était installé le dépôt de mendicité de l’Aisne entre 1810 et 1864.

Elise

(*) Dans Archives numérisées / Recherche dans les Cartes et Plans, recherchez « mendicité » dans tous les critères.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.