Lepaute-Dagelet : un astronome au service de Lapérouse

Lepaute-Astronomie-HorlogerieJ’ai déjà évoqué, dans deux articles, la famille Lepaute, dont les membres s’illustrèrent dans l’horlogerie et dans la construction de lentilles de phares. Il est un membre que je n’ai pas encore évoqué et qui s’illustra dans un autre domaine : l’astronomie. Il s’agit de Joseph Lepaute-Dagelet. L’histoire aura surtout retenu de lui sa disparition avec tout l’équipage de Lapérouse en 1788, mais il fit avant cela une brillante carrière en tant qu’astronome.

Joseph Lepaute-Dagelet est né en 1751 à Thonne la Long, petit village du nord de la Meuse où la famille Lepaute était implantée depuis quelques générations.

Dans sa « Bibliographie astronomique avec l’histoire de l’astronomie depuis 1781-1802« , Jérôme Lafrançois de Lalande explique les raisons de la venue à Paris de Joseph Lepaute-Dagelet :

« Joseph Lepaute d’Agelet, de l’Académie des sciences de Paris, naquit le 25 novembre 1751, à Thonne la Long, près de Montmédy, de Pierre Lepaute et de Martine de Mouzon. Il avait à Paris deux oncles célèbres dans l’horlogerie. Son frère y était venu pour s’en occuper avec eux ; retourné ensuite dans son pays pour y former des élèves, il commençait à instruire son jeune frère, lorsque Mme Lepaute, voyant que j’avais besoin d’un élève astronome, le fit venir à Paris, où il arriva le 25 février 1768. »

Alors âgé de 16 ans, Joseph Lepaute-Dagelet se montra un élève particulièrement brillant. Dès les premiers mois de sa formation, il aida son professeur à effectuer de nombreuses observations astronomiques.

C’est dans l’Observatoire du Collège Mazarin (actuellement Institut de France), qu’il fit ses premières observations, avec Jérôme de Lalande. Il s’agissait d’un observatoire à toit tournant construit entre 1742 et 1746. En juin 1769, Joseph Lepaute-Dagelet y observa par exemple le passage de Vénus sur le Soleil.

College Mazarin - Institut de France

Vue et perspective du Collège des Quatre Nations de Paris (Collège Mazarin) (Source : Gallica/BNF)

Le 26 mars 1773, à 21 ans, il embarqua comme astronome pour la seconde expédition de Kerguelen vers les terres australes. Il ne put malheureusement y faire que peu d’observations astronomiques car Kerguelen donna le signal du retour à peine les terres australes atteintes. Kerguelen fut d’ailleurs jugé et condamné à son retour en France pour avoir interrompu son voyage et avoir fait une description trop flatteuse d’îles australes qui s’avéraient en fait assez inhospitalières (il s’agissait des futures îles Kerguelen).

Cette expédition valut à Joseph Lepaute-Dagelet d’obtenir une place comme professeur de mathématiques à l’Ecole Militaire en 1777. Il se vit confier, en même temps, l’Observatoire de l’Ecole Militaire, qui avait été construit en 1768. C’est dans cet observatoire qu’il fit la majorité de ses observations. Il y fit des milliers d’observations sur les étoiles et les planètes, dont une grande partie fut citée par Lalande dans ses ouvrages. Le 15 janvier 1785, il fut élu unanimement à l’Académie des Sciences.

Ses réalisations dans le domaine de l’astronomie furent considérables :

  • Il observa un très grand nombre d’étoiles, dont des petites étoiles souvent négligées à l’époque. Ces observations furent très utiles à d’autres astronomes qui cherchaient à calculer la trajectoire de comètes, en se basant sur les positions d’étoiles dont lui seul avait la connaissance.
  • Il calcula un grand nombre d’éclipses de Soleil qui n’avaient jamais été calculées auparavant du fait de la longueur et de la difficulté du travail à effectuer.
  • Il travailla sur la théorie de Vénus, détermina le lieu de son aphélie (point de son orbite le plus éloigné du Soleil) et calcula la longueur de son année.
Eclipse de soleil de 1778

Figure de l’éclipse de Soleil du 24 juin 1778 […] calculée par M. Lepaute-Dagelet (Source : Gallica/BNF)

Dans le même temps, il continua à exercer son métier de professeur de mathématiques. D’après Lalande dans sa Bibliographie astronomique, « après avoir passé six ou sept heures de la journée avec ses élèves à l’Ecole militaire, il en passait encore sept à huit pendant la nuit à sa lunette, où il déterminait quelques fois plus de cent étoiles. » Pendant ses années à l’Ecole Militaire, il fut, entre autres, le professeur de Napoléon Bonaparte, qui entra à l’Ecole en octobre 1784.

En 1785, il fut pressenti pour partir en qualité d’astronome avec l’expédition de Lapérouse dans son voyage autour du monde. Sa première expédition vers les terres australes avait laissé un goût amer à Lepaute-Dagelet qui souffrit beaucoup des conditions climatiques et de la navigation. Cela ne l’empêcha pourtant pas de repartir pour cette nouvelle expédition.

Laperouse-FregateMais ceci est une autre histoire, que je vous raconterai dans un prochain article.

 Elise

Icone Mail

  Vous pouvez m'indiquer votre adresse e-mail pour être prévenu de mes prochains articles :

           


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.