O comme Oubli

Les récentes discussions à propos du droit à l’oubli ont soulevé de nombreuses questions au sein de la communauté généalogiste.

O-OubliLa question principale que nous nous posons est de savoir ce que deviendra la généalogie si toutes les archives des organismes publics et privés sont anonymisées, voire détruites. Nous avons tous peur que notre passion subisse les dégâts d’une loi qui ne fait pas de distinction entre les différents types d’archives. On ne peut en effet pas traiter de la même façon les archives d’un site Internet et les archives d’une institution publique.

Faire de la généalogie, n’est-ce pas justement essayer que les gens qui étaient là avant nous ne tombent pas dans l’oubli ? D’où une question que nous pouvons légitimement nous poser : nos ancêtres auraient-ils préféré qu’on les oublie ?

C’est une question que je me suis parfois posée en faisant des recherches sur des ancêtres au passé “sulfureux”. Auraient-ils souhaité que leurs descendants en apprennent autant sur eux ? Peut-être auraient-ils préféré que tout cela soit enterré avec eux…

Néanmoins, j’ai tendance à penser que faire ces recherches et rétablir une vérité même peu glorieuse, c’est une façon de rendre hommage à nos ancêtres et de les libérer de ces actions passées. Finalement, cela relève du devoir de mémoire.

C’est en effet un moyen pour nous de ne pas oublier que la vie de nos ancêtres n’a pas toujours été facile et qu’ils ont dû faire des choix qui n’étaient pas toujours les bons. Ainsi, nous pouvons apprendre de leurs erreurs, pour ne pas les vivre nous même.

Elise



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.