Premières recherches au Service Historique de la Défense

Chateau_de_Vincennes_DonjonA l’occasion d’un rapide séjour à Paris, j’ai pu me rendre pour la première fois au Service Historique de la Défense (SHD), situé dans l’enceinte du Château de Vincennes.

Cela faisait en effet quelques temps que je voulais me rendre au SHD afin d’en savoir plus sur le parcours de mes ancêtres militaires : près de 10 hommes ayant servi à différentes époques (du XVIIIème siècle à nos jours) et dans différents grades (officiers ou hommes du rang).

Pour faire simple, il existe au SHD deux grands types d’archives à consulter pour retrouver la trace de nos ancêtres militaires dans l’Armée de Terre :

  • les registres de contrôle des troupes (séries Yc) qui sont tenus par régiment et par période et qui donnent les noms de tous les membres du régiments avec une rapide description de l’état civil, du physique et des états de service ;
  • les dossiers individuels (séries Ye et Yf) qui ne concernent que les officiers et les personnes ayant reçu une pension (on peut donc également y retrouver des veuves de militaires).

J’ai donc recensé toutes les informations connues sur chacun de mes ancêtres (régiments, grades, etc.) afin de sélectionner les documents que je pouvais espérer retrouver sur chacun d’entre eux. Cette recherche a été faite en grande partie à l’aide du livre « Vos ancêtres à travers les archives militaires » (de Sandrine Heiser et Vincent Mollet) qui m’a beaucoup aidée à y voir plus clair dans les archives disponibles au SHD.

Pour trouver les cotes des documents que je souhaitais consulter, j’ai également utilisé le site Ancestramil. Ce site propose les retranscriptions d’un bon nombre d’inventaires du SHD : en particulier un grand nombre d’inventaires des registres de contrôles de troupes (séries Yc), ainsi qu’un début de retranscription de l’inventaire des séries 1 Ye et 1 Yf (dossiers d’officiers des troupes d’ancien régime et pensions sur le Trésor Royal 1779-1790).

Le site internet du SHD donne également accès à certains inventaires des séries Ye et Yf. Malheureusement, le site étant particulièrement récalcitrant (impossibilité de consulter les dits inventaires depuis quelques temps), je n’ai pas pu retrouver les cotes des dossiers de mes ancêtres officiers avant ma visite. Cependant, ce n’était pas très grave, car il n’est pas possible de réserver plus de 5 documents par visite et j’avais déjà sélectionné 4 registres de contrôle des troupes à consulter.

Avant ma visite, je me suis pré-inscrite par Internet afin d’avoir un numéro de lecteur et pouvoir réserver à distance les documents à consulter. Il faut savoir en effet que le temps d’attente entre la réservation d’un document et sa consultation approche les 4 semaines. En m’y prenant un peu à l’avance (environ un mois), j’ai donc pu réserver par Internet une place dans la salle de lecture Louis XIV pour le jour souhaité ainsi que les 4 registres convoités.

Le jour dit, je me suis ainsi présentée au Château de Vincennes, dans le Pavillon du Roi, afin de finaliser mon inscription, consulter les registres réservés et rechercher les cotes que je n’avais pas pu retrouver par Internet.

Chateau_de_Vincennes_Pavillon_du_Roi_2

Le Pavillon du Roi, au Château de Vincennes

Ma consultation des 4 registres de contrôle des troupes a été très intéressante, et assez représentative de ce que l’on peut retrouver dans ce type de documents. Mais je reviendrai là-dessus très prochainement dans un autre article.

Après la consultation des registres, je me suis rendue dans la salle des références afin de rechercher les cotes des dossiers d’officiers de certains de mes ancêtres. La consultation des inventaires dans cette salle est libre : il n’est pas nécessaire de réserver à l’avance mais il faut néanmoins présenter sa carte de lecteur.

La recherche dans les inventaires des dossiers d’officiers (Ye) ou de pensions (Yf) est assez simple puisqu’il s’agit de répertoires alphabétiques par période, sachant que la date à prendre comme référence est la date de clôture du dossier. En plus des noms et prénoms, les inventaires reprennent également quelques informations utiles (dates et lieux de naissance, régiment, etc) qui permettent de s’assurer que le dossier concerne bien la bonne personne. Il faut savoir aussi que certains de ces inventaires (notamment pour les périodes les plus récentes) sont consultables sur les ordinateurs de la salle.

Pour les autres séries d’archives, il est parfois plus difficile de se repérer dans les inventaires. Toutefois, un archiviste est toujours présent dans cette salle pour aiguiller les gens dans leurs recherches. Et même si celui-ci avait disparu au moment où mes premières interrogations sont apparues, la personne qui s’occupait de l’accueil dans la salle s’est avérée tout à fait serviable et compétente pour répondre à mes questions.

Je suis donc ressortie de la salle de références avec un bon nombre de cotes à commander pour ma prochaine visite, notamment : le dossier d’officier de mon arrière-grand-père qui était dans l’infanterie coloniale, le dossier d’un autre ancêtre officier pensionné au début du XIXème siècle et encore quelques registres de contrôle de troupes, pour des régiments d’infanterie et de cavalerie de l’Ancien Régime.

Ces premiers pas au Service Historique de la Défense ont donc été une expérience très enrichissante qui m’a permis de mieux comprendre le fonctionnement des archives de la Défense, de consulter mes premiers documents et de préparer mes prochaines visites. Cette expérience m’a également permis de me rendre compte de l’importance de bien préparer sa visite avant se rendre dans un tel service d’archives.

Et vous, êtes-vous déjà allé au Service Historique de la Défense, ou comptez-vous vous y rendre ? Comment avez-vous préparé votre visite ?

Elise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>