L’erreur d’homonymie en généalogie

En remontant les générations, il faut garder en tête l’erreur la plus courante, et la plus risquée, qui peut être faite par les généalogistes : l’erreur d’homonymie.

Qu’est-ce que l’erreur d’homonymie ?

L’erreur d’homonymie, c’est croire que deux actes concernent la même personne alors que ce sont deux personnes homonymes ayant le même nom et le même prénom.

Cela peut arriver par exemple lorsque l’on recherche l’acte de naissance d’un ancêtre sans connaître la date exacte de cet acte.

Si on retrouve une personne portant le même nom et née à peu près au bon moment, on peut être tenté de penser qu’il s’agit de notre ancêtre. Or, il peut s’agir d’un homonyme…

L’homonymie est donc la pire erreur que l’on puisse faire en généalogie, car elle peut nous conduire à faire des recherches sur une mauvaise branche…

Pourquoi l’erreur d’homonymie est une erreur courante ?

On pense généralement qu’il y a peu de chances que deux personnes d’un même village aient exactement le même nom. Mais c’est au contraire très fréquent.

Pourquoi ?

Car à l’époque, les gens restaient dans le même village, donc beaucoup de gens portaient le même nom de famille. De plus, comme les enfants portaient souvent le prénom de leur parrain  ou marraine, on retrouvait souvent les mêmes prénoms au sein d’une famille, et même d’un village.

De ce fait, un ancêtre peut fréquemment avoir le même prénom et le même nom qu’un de ses cousins, voire même qu’un de ses frères. En effet, il était assez courant de donner le même prénom à deux enfants d’une même fratrie.

Par exemple : mon arrière-grand-père, Jean-Marie Cantat, avait un frère aîné qui portait exactement les mêmes prénoms que lui. Et tous les deux ont vécu jusqu’à l’âge adulte.

Le cas de la Double Homonymie

Lorsque l’on recherche un mariage, un autre cas d’homonymie peut se présenter : la double homonymie.

La double homonymie est le cas où le marié et la mariée ont les mêmes noms et prénoms que ceux d’un autre couple. Ce cas est assez courant pour les noms et les prénoms courants, surtout dans les villages où les gens bougeaient peu.

Il est aussi courant de tomber sur une quasi-homonymie. Par exemple, on peut retrouver dans un même village, à quelques années d’écart :

•   Jean Nicolas Hérique marié avec Marie Catherine Georges

•   Nicolas Hérique marié avec Jeanne Catherine Georges.

Comme il était courant que les prénoms notés dans les actes varient d’un acte à l’autre, il est tentant de croire qu’il s’agit d’un seul et même couple.

Comment éviter les erreurs d’homonymie ?

Pour éviter les erreurs d’homonymie, il y a un principe à retenir : quand on n’a pas assez d’informations sur un acte seul pour s’assurer qu’il s’agit bien de la bonne personne, il faut rechercher d’autres actes pour obtenir plus d’informations et pouvoir ainsi recouper les informations.

Par exemple : on trouve l’acte de mariage d’un ancêtre. On apprend que ses parents sont Pierre Martin et Marie Dupont. Si on recherche directement l’acte de mariage de ses parents, et qu’on en trouve un, on ne pourra pas être sûr qu’il s’agit des bons Pierre Martin et Marie Dupont.

Dans ce cas, il faudra aussi chercher d’autres actes concernant notre ancêtre : en particulier son acte de naissance où figureront peut-être des noms de témoins ou parrains/marraines qui permettront de mieux connaître la famille. En effet, parmi les parrains, on pourra retrouver des ancêtres ou un frère, etc.

On pourra également connaître l’âge et la profession des parents, ce qui nous donnera des indices  supplémentaires. De même si l’acte de mariage mentionne le décès des parents, il faudra rechercher ces actes afin de recueillir le maximum d’informations à leur sujet.

Elise

Ceci est un extrait de la formation 7 jours pour construire votre arbre généalogique et retrouver vos ancêtres.

C'est une formation entièrement par mail, sur 7 jours, au rythme de 1 mail par jour.

Pour la recevoir gratuitement, dites-moi simplement à quelle adresse je dois vous l'envoyer et vous recevrez immédiatement le mail du 1er jour :

A tout de suite,

Elise



Laisser un commentaire

Chers lecteurs, chères lectrices,

J’ai toujours fait de mon mieux pour répondre à toutes les demandes d’aide postées sur ce blog.

Aujourd’hui, cela n’est plus possible, en raison du grand nombre de demandes reçues (plus d’une vingtaine par semaine).

Vous pouvez bien sûr toujours poster des commentaires ou demander une précision sur un article.

Mais je ne répondrai plus aux demandes d’aides individuelles.

Elise

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.