Découvrir où vivaient nos ancêtres grâce aux cartes et au cadastre

Vieille carte et boussoleDécouvrir les lieux où ont vécu nos ancêtre est important pour mieux comprendre leur vie et pour raconter leur histoire.

Mais bien souvent, les lieux où ils ont vécu ont beaucoup changé et il n’est pas toujours possible de se rendre sur place.

Il existe heureusement de nombreuses ressources en ligne pour reconstituer l’environnement dans lequel nos ancêtres ont vécu.

Les cartes anciennes et le cadastre permettent en effet de :

  • retrouver un lieu-dit ou une adresse précise ;
  • découvrir l’emplacement des forêts, des cours d’eau, etc. ;
  • déterminer les principales voies de communication de l’époque ;
  • découvrir les changements qui ont eu lieu dans leur commune.

Voici quelques exemples d’utilisation des cartes anciennes, du cadastre et des plans de ville.

Les cartes anciennes

Lorsque je me suis penchée sur la vie de Jean CANTAT, mon ancêtre métayer de l’Allier, j’ai pu retrouver chacun des lieux-dits dans lesquels il a vécu au cours de sa vie, grâce aux cartes d’état major de l’époque.

En comparant la carte d’état major de 1820-1866 et la carte IGN actuelle sur le Géoportail, je me suis rendue compte que l’un des domaines où avait vécu mon ancêtre (les Minards), ne se situait pas au même endroit sur les deux cartes. A l’époque où mon ancêtre y vivait, le domaine se situait juste en dessous de celui des Béchets, le long d’un cours d’eau. Ce domaine a désormais disparu et il existe un nouveau domaine des Minards au sud-ouest de cet emplacement.

Le domaine des Minards sur la carte d'état-major et sur la carte IGN actuelle (source : geoportail.gouv.fr)

Le domaine des Minards sur la carte d’état-major et sur la carte IGN actuelle (source : geoportail.gouv.fr)

La comparaison des cartes anciennes avec les cartes actuelles ou les vues aériennes permet également de se rendre compte des changements qui ont eu lieu dans les paysages de nos ancêtres. Ainsi, si on compare la carte d’état major représentant les environs de Caudebec-en-Caux au XIXème siècle avec une vue aérienne actuelle, on peut constater l’impact des travaux d’endiguement  de la Seine sur le cours d’eau.

Comparaison de la carte d'état major (1820-1866) avec une vue aérienne actuelle de la Seine à Caudebec-en-Caux (sources : geoportail.gouv.fr)

Comparaison de la carte d’état major (1820-1866) avec une vue aérienne actuelle de la Seine à Caudebec-en-Caux (source : geoportail.gouv.fr)

Quelques sites utiles pour la consultation des cartes anciennes :

  • Le site Géoportail de l’IGN qui propose de nombreux types de cartes, et en particulier quelques cartes anciennes, telles que la carte de Cassini et les cartes d’état major de 1822 – 1868. Le grand avantage de ce site est que l’on peut aisément comparer les cartes anciennes, les cartes actuelles et les photographies aériennes (grâce au système de calque et à l’affichage par transparence).
  • Le site « Des villages de Cassini aux communes d’aujourd’hui » qui propose les cartes de Cassini de tous les villages de France, ainsi que des notices communales qui donnent de nombreuses informations intéressantes (changements de nom du village, administration ancienne, évolution du nombre d’habitant, etc).

Le cadastre

Le cadastre est une ressource très utile en généalogie puisqu’il permet de retrouver les terrains qui appartenaient à nos ancêtres. En consultant les matrices cadastrales de la commune d’Epinay sur Duclair (Seine-Maritime), j’ai ainsi découvert l’emplacement d’une petite maison que possédait mes ancêtres (même si je ne sais toujours pas pourquoi ils possédaient une maison dans cette commune où ils n’ont jamais vécu). Grâce au numéro de parcelle indiqué sur la matrice, j’ai donc retrouvé la parcelle sur les plans du cadastre mis en ligne par les Archives Départementales.

Enfin, grâce au Géoportail, qui permet également de consulter le cadastre actuel, j’ai retrouvé l’emplacement de la parcelle sur les vues aériennes et j’ai pu constater qu’il ne restait rien de la petite maison.

Cadastre napoléonien d'Epinay-sur-Duclair et vue aérienne actuelle (sources : AD 76 - Cote : 3P 3 1170 et geoportail.gouv.fr)

Cadastre napoléonien d’Epinay-sur-Duclair et vue aérienne actuelle (sources : AD 76 – Cote : 3P 3 1170 et geoportail.gouv.fr)

Même sans savoir exactement sur quelle(s) parcelle(s) ont vécu nos ancêtres, le cadastre peut apporter de nombreuses informations sur la configuration de leur village. Grâce à la comparaison des cadastres anciens et actuels, j’ai fait une découverte très intéressante sur le village de mes ancêtres meusiens. En effet, j’ai bien connu ce village dans mon enfance, et je savais que l’église du village avait été détruite en 1870-71 par les Prussiens. Une nouvelle église avait donc été reconstruite en 1875, et je pensais qu’elle avait été reconstruite à l’emplacement même de l’ancienne église. Grâce au cadastre napoléonien, j’ai découvert que ce n’était pas le cas : la nouvelle église a été reconstruite dans l’alignement des maisons existantes, alors que l’ancienne église trônait en fait au milieu du village, dans une orientation différente.

Comparaison des plans cadastraux de Thonne les Prés en 1848 et actuellement (sources : AD 55 - Cote : 139 FI 248 et cadastre.gouv.fr)

Comparaison des plans cadastraux de Thonne les Prés en 1848 et actuellement (sources : AD 55 – Cote : 139 FI 248 et cadastre.gouv.fr)

Quelques sites incontournables pour la consultation du cadastre :

  • Le service de consultation du cadastre actuel par le Ministère de l’économie et des finances.
  • Le Géoportail de l’IGN, encore une fois, qui permet la mise en relation du cadastre actuel avec les photographies aériennes.
  • Tous les sites d’Archives Départementales qui proposent la consultation du cadastre napoléonien.

Les plans de villes

L’un des avantages, lorsque nos ancêtres vivaient dans une grande ville, c’est que leur adresse exacte est très souvent donnée dans les actes d’état civil. Ainsi, grâce au cadastre et aux plans anciens, il est possible de découvrir la physionomie des quartiers où ils vivaient. Ceci peut s’avérer particulièrement utile pour les quartiers qui ont subi de nombreuses transformations au fil du temps.

Ainsi, la consultation des plans anciens de la ville de Rouen présents sur Gallica m’a permis de retrouver toutes les rues où avaient vécu mes ancêtres. Ces rues se trouvaient en effet toutes dans le quartier Martainville de Rouen qui a subi de nombreuses transformations depuis 1860 (époque à laquelle mes ancêtres y vivaient) : reconstruction d’une grande partie du quartier en vue de son assainissement, percement de nouvelles voies, destructions lors de la Seconde Guerre Mondiale, etc. Si bien qu’aucune des nombreuses adresses auxquelles ils ont vécu n’existe encore dans son état d’époque.

Plan du quartier Martainville avec indication des rues où ont vécu mes ancêtres - Extrait du Plan de Rouen de 1843 (source : Gallica)

Plan du quartier Martainville avec indication des rues où ont vécu mes ancêtres – Extrait du Plan de Rouen de 1843 (source : Gallica)

Grâce aux plans parcellaires de la ville de Paris, j’ai également pu retracer l’évolution de la parcelle où a vécu la famille de mon arrière-grand-mère au début du XXème siècle. J’en ai déduit que l’immeuble dans lequel ils vivaient avaient été construit entre la réalisation des deux plans parcellaires, soit entre 1850 et 1871 environ, et qu’il s’agissait bien, en outre, de l’immeuble qui existe toujours à cet emplacement (le cadastre actuel donne des contours légèrement différents à l’immeuble, mais la vue aérienne laisse peu de doute à ce sujet).

Comparaison des plans parcellaires de Paris entre 1830 et aujourd'hui (sources : AD 75, cadastre.gouv.fr et geoportail.gouv.fr)

Comparaison des plans parcellaires de Paris entre 1830 et aujourd’hui (sources : AD 75, cadastre.gouv.fr et geoportail.gouv.fr)

Quelques sites utiles pour la consultation des plans de villes :

  • Gallica qui propose une grande collection de cartes et de plans de différentes époques, notamment de nombreux plans de villes. Pour les retrouver, le plus simple est de taper le nom d’une ville dans la barre de recherche et de limiter sa recherche aux cartes.
  • Le site des Archives municipales de Lyon qui a numérisé et mis en ligne tous les plans parcellaires de la ville réalisés entre 1861 et 1983 : un superbe outil pour découvrir l’évolution d’un quartier.
  • Le site des Archives de Paris qui permet de consulter certains plans parcellaires de Paris, notamment le plan de la rive-droite de Paris dit Atlas Vasserot et Bellanger (1830-1850) et le plan parcellaire municipal de 1871-1896, ainsi que le cadastre révisé des communes annexées.

Elise



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.