S’organiser pour écrire l’histoire de sa famille

ID-10055198Voilà un mois que je me suis lancée dans la rédaction de l’histoire de ma famille. Si je n’ai pas encore écrit autant que je l’aurai espéré, je n’ai pas chômé pour autant !

Je me suis rendue compte qu’une étape de préparation est très importante avant de se lancer la rédaction à proprement parler.

Lorsque je me suis lancée dans l’écriture de mon histoire familiale, je suis un peu partie tête baissée, car j’avais ce projet en tête depuis déjà longtemps. Je n’avais donc qu’une envie : me lancer enfin dans la rédaction.

Seulement, dès que je commençais à écrire, j’avais besoin de faire de nouvelles recherches :

  • Pour certaines branches, il me fallait retourner dans mon arbre afin de savoir exactement quels ancêtres y appartenaient et je n’avais pas une bonne vision d’ensemble des lieux et des métiers présents dans chaque branche ;
  • De même, pour certaines familles, il me fallait souvent refaire quelques recherches afin de bien comprendre le déroulement de leur vie et la chronologie des évènements ;
  • Enfin, certains aspects nécessitaient des recherches supplémentaires, notamment sur les métiers de mes ancêtres et l’histoire de leurs villages, afin de mettre un peu de couleur dans le récit de leur vie.

J’ai donc fait une pause dans la rédaction afin de mettre au point mon organisation. (Je continue néanmoins à écrire quelques paragraphes en suivant l’inspiration du moment afin de varier les plaisirs !)

Voici les étapes préparatoires que j’ai mises en place avant de me lancer dans la rédaction.

Un tableau récapitulatif pour chaque branche

En mettant en place le plan de mon ouvrage, j’ai choisi de consacrer un chapitre à chacune des branches de mes arrière-arrière-grands-parents. Afin de parler de ces branches, il faut en avoir une bonne vue d’ensemble. Or, on a souvent les idées beaucoup moins claires qu’on ne l’imagine.

En effet, les recherches sur une branche donnée ont souvent été menées à différents moments, et ont été entrecoupées par des recherches sur d’autres branches. De ce fait, on a tendance à s’emmêler les pinceaux entre des branches géographiquement proches et à ne plus savoir à quelle branche appartient tel ou tel ancêtre qui ne fait pas partie d’une des lignées principales.

En lisant un article de Cyril à propos de ses tableaux d’avancement, alors que je commençais la rédaction de mon histoire familiale, j’ai eu l’idée de refaire des tableaux récapitulatifs similaires pour chacune des branches de ma généalogie. J’ai donc créé 16 tableaux partant de chacun de mes arrière-arrière-grands-parents et donnant ses ancêtres sur 6 générations.

Microsoft Excel - Bilan Ancêtres(Le modèle de ce tableau peut être téléchargé sur cette page : Outils à télécharger)

En me limitant à 6 générations, j’obtiens un tableau assez concis qui me permet de voir en un coup d’œil tous les individus d’une branche. Cela me permet en outre d’atteindre la 10ème génération par rapport à moi, ce qui est la génération à partir de laquelle je bloque pour la plupart des branches.

Ces tableaux me permettent également d’évaluer l’avancement de mes recherches et de faire des statistiques branche par branche sur mes ancêtres (âges au mariage et au décès, écarts d’âge entre époux, nombre d’enfants, etc).

Des lignes de vie par couple pour chaque famille

Avant de commencer la rédaction de l’histoire d’un couple ou d’une famille, je crée ou mets à jour leur ligne de vie.

Cette étape est indispensable car elle permet de structurer les recherches faites sur une famille et de mettre en évidence les évènements majeurs de la vie de nos ancêtres. L’intérêt de la ligne de vie par couple est ici de pouvoir suivre l’évolution de la famille et de son environnement, ce qui permet de mieux imaginer à quoi pouvait ressembler leur vie à chaque moment.

De plus, le fait d’avoir sous les yeux tout le déroulement de la vie de nos ancêtres est une très bonne aide pour écrire un récit qui suit généralement une trame chronologique.

Cette étape est également l’occasion d’effectuer des recherches complémentaires sur nos ancêtres afin de mieux de comprendre à quoi pouvait ressembler leur quotidien. On peut donc en profiter pour faire des recherches sur différents aspects de leur vie :

  • les métiers qu’ils ont exercés et ce qu’ils peuvent nous apprendre sur eux ;
  • l’histoire de leur village et les évènements qui ont pu avoir un impact sur leur vie ;
  • les évènements liés à leur famille proche.

Tout cela permet de mettre de la couleur dans le récit et d’éviter qu’il ressemble à une énumération de dates et de lieux.

Ces étapes de préparation permettent de se lancer sereinement dans la rédaction, en ayant une bonne vision d’ensemble des familles dont on souhaite parler.

Ainsi, après un mois de janvier presque entièrement dédié à la préparation, j’ai maintenant toutes les clés en main pour me lancer dans la rédaction de l’histoire de ma famille.

Elise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>