Comment retrouver la maison d’un ancêtre locataire

Grâce au cadastre, il est généralement assez simple de retrouver l’emplacement des maisons de nos ancêtres propriétaires. Mais pour nos ancêtres qui étaient simplement locataires, il est souvent plus compliqué de retrouver cette information.

Pour cela, la meilleure piste reste les recensements. Mais ils ne sont souvent pas assez précis pour déterminer à eux seuls l’emplacement de la maison d’un ancêtre. Dans la plupart des cas, ils permettent de connaître la rue, mais pas la maison exacte. Et parfois les noms des rues ne sont même pas indiqués. Il est donc nécessaire de recouper les infos du recensement avec d’autres ressources.

J’ai par exemple cherché à retrouver les maisons de mes ancêtres dans le village de Thonne les Prés (dans le Nord de la Meuse).

Dans le recensement de 1836, cinq familles de mes ancêtres vivaient dans le village :

  • (1) Nicolas BUISSON, berger, et sa femme Marie Catherine RION ;
  • (2) Nicolas JOSSELIN, maçon, et sa femme Thérèse BUISSON (fille des précédents) qui vivaient avec leur fille Anne (1 an) et Antoine JOSSELIN, le frère de Nicolas ;
  • (3) Jean JOSSELIN, carrier, et sa femme Geneviève NAVE (parents du précédent), qui vivaient avec leur fille Agathe (13 ans) ;
  • (4) Nicolas Joseph WATY, garde champêtre, veuf ;
  • (5) Noël LENOBLE, manœuvre, et sa femme Thérèse WATY (fille du précédent), avec leurs enfants Françoise (7 ans) et Jean (2 ans).

Selon le recensement, ces deux dernières familles vivaient dans la même maison.

Grâce au cadastre napoléonien, j’ai pu retrouver assez facilement l’emplacement des maisons des familles qui étaient propriétaires : celles de Nicolas JOSSELIN (2) et de Jean JOSSELIN (3).

Mais pour les familles restantes, qui étaient locataires, les recensements ne me donnaient pas assez d’information, pas même un nom de rue pour savoir dans quel endroit du village ils vivaient. Je me suis donc aidée des états de section du cadastre napoléonien pour recouper les informations.

Les états de section sont des documents du cadastre napoléonien que l’on néglige souvent mais qui peuvent être très utiles, notamment pour retracer l’histoire d’une parcelle. Un autre intérêt est qu’ils permettent d’avoir une image d’un village à un moment donné. Car ils donnent la liste de toutes les parcelles d’une commune, avec les noms de leurs propriétaires, au moment de la création du cadastre.

Pour Thonne les Prés, les états de sections datent de 1848. Je les ai donc utilisés afin de dresser une image des propriétaires du village à cette période, et de les comparer ensuite aux recensements les plus proches (1836 et 1856).

Grâce aux informations des états de section, j’ai commencé par inscrire sur un plan du village, les noms des propriétaires de chaque maison (en indiquant également les bâtiments ruraux en gris, et les bâtiments communaux en vert).

Propriétaires de Thonne les Prés en 1848, à partir des états de section

Propriétaires de Thonne les Prés en 1848, à partir des états de section

J’ai ensuite utilisé le recensement de 1836 afin de le comparer au plan obtenu.

Les premiers noms du recensement correspondent aux propriétaires de la rue Haute au Nord Est du village. L’enchaînement des maisons permet ainsi de retracer le chemin pris par l’agent recenseur, et de repérer facilement les maisons qui sont occupées par leur propriétaire et celles qui sont louées (quand le nom des habitants ne correspond pas aux propriétaires).

Ainsi en suivant la liste des maisons du recensement, et en la comparant aux noms des propriétaires, on peut associer chaque famille à une maison sur le plan (en bleu pour les propriétaires et violet pour les locataires sur la carte).

Comparaison des états de section et du recensement de 1836

Comparaison des états de section et du recensement de 1836

Bien sûr il reste quand même des moments de doute : lorsque des maisons sont sautées dans le recensement (sûrement inhabitées), ou pour savoir si une maison se trouve d’un côté ou de l’autre de la rue. Mais cela permet de trouver certaines maisons avec certitude, et pour les autres, de trouver au moins la zone où se trouvait la maison d’un ancêtre.

Ainsi, après avoir procédé de cette façon pour l’ensemble du village, j’ai pu découvrir que :

  • Nicolas BUISSON et sa femme (1) vivaient dans la maison adjacente à celle où vivaient leur fille et leur gendre (2) ;
  • Noël LENOBLE et sa femme (5), ainsi que Nicolas Joseph WATY (4) vivaient dans le bas du village probablement dans une maison mise en location par M. HABLOT et PETITJEAN (des notaires qui possédaient quelques maisons dans le village, sans y vivre).
Emplacement des maisons de mes ancêtres à Thonne les Prés en 1836

Emplacement des maisons de mes ancêtres à Thonne les Prés en 1836 (propriétaires en rouge et locataires en orange)

C’est une méthode assez longue, mais pouvoir retrouver les maisons de nos ancêtres est une belle récompense. En refaisant la même démarche avec le recensement de 1856, j’ai également pu retrouver l’endroit où mon arrière-arrière-grand-père Jean LENOBLE avait travaillé comme domestique avant son mariage.

Je le referai donc pour les autres villages de mes ancêtres. D’autant que, dans le cas où les noms de rues sont indiqués dans le recensement, il n’est pas nécessaire de faire l’étude sur le village entier mais il est possible de se focaliser uniquement sur la rue de nos ancêtres.

Et vous, avez-vous déjà recherché l’emplacement des maisons de vos ancêtres locataires ? Comment avez-vous procédé ?

Elise



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.