Guerre de 1870 : nos ancêtres et la Garde Nationale

Guerre-1870-combatsLorsque la guerre franco-prussienne est déclarée le 19 juillet 1870, l’armée française est mal préparée. Elle subit plusieurs défaites dès les premiers combats. Le gouvernement français décide donc de faire appel à la garde nationale pour renforcer les troupes.

Qu’est-ce que la garde nationale

A l’époque, il existe deux types de garde nationale :

  • La garde nationale mobile, qui a été créée par la loi Niel du 4 février 1868. Elle est constituée de tous les jeunes hommes qui ont tiré un « bon numéro » lors du recrutement militaire. C’est-à-dire ceux qui n’ont pas à faire leur service actif. La durée de service dans la garde nationale mobile est alors de 5 ans, et en cas de guerre, les hommes de la garde nationale mobile peuvent être mobilisés. C’est donc une sorte de réserve de l’armée active.
  • La garde nationale « historique », qui existe depuis le début du 19ème siècle, mais qui est un peu tombée en désuétude avant la guerre de 1870. Elle est constituée de tous les hommes de plus de 20 ans. Son objectif est de former un corps de citoyens dont le rôle est d’assurer le maintien de l’ordre localement, et de défendre l’État contre les ennemis, en cas de guerre. Par opposition à la garde nationale mobile, cette garde prend le nom de garde nationale sédentaire pendant la Guerre de 1870.

A partir de l’été 1870, chaque commune de France procède au recensement des hommes de ces gardes nationales en vue de leur mobilisation.

J’ai cherché à savoir comment cela s’était passé à Tauxières, dans la Marne, l’un des villages où vivait alors une partie de mes ancêtres.

Etape n°1 : mobilisation de la Garde Nationale Mobile

Une première loi, le 16 juillet 1870, décide la mobilisation des gardes nationaux mobiles des territoires du Nord, de l’Est et de la Région parisienne. Mais ceux-ci ne sont pas bien préparés au combat : les jeunes hommes n’ont jamais rejoint de régiment et, pour la plupart, ils n’ont donc pas reçu d’instruction militaire.

En effet, la Garde Nationale Mobile est alors assez récente puisqu’elle a été créée en 1868.

Cette garde nationale mobile était gérée par l’armée, de la même façon que l’armée active. Il n’existe donc pas de liste communale qui permette de connaître tous les hommes d’un village qui ont été mobilisés. Mais il est parfois possible de retrouver le parcours de ces hommes grâce aux registres matricules de leur classe.

Je sais ainsi qu’aucun de mes ancêtres directs vivant à Tauxières n’a été mobilisé à ce moment-là (mais certains de leurs cousins l’ont été).

Etape n°2 : loi du 10 août 1870

Puis le 10 août 1870 la mobilisation de la garde nationale mobile est étendue : tous les hommes de 25 à 35 ans, célibataires ou veufs sans enfants, sont appelés à rejoindre l’armée active. Cette même loi appelle les anciens militaires de moins de 45 ans à se rengager dans l’armée.

A Tauxières, seuls deux hommes sont concernés par cette loi du 10 août 1870 :

Liste des hommes appelés sous les drapeaux suivant la loi du 10 août 1870

Liste des hommes appelés sous les drapeaux suivant la loi du 10 août 1870 (source : AD 51, cote 4 R 143)

  • Amédée Eugène Marteaux, né en 1843, qui est inscrit à sa demande.
  • Jules Frédéric Nahée, né en 1838, mais il est maladif et a une vue faible. Il est donc réformé du service actif.

Cela semble assez peu, pour un village qui compte alors environ 250 habitants. En effet, tous les autres jeunes hommes de cette tranche d’âge sont alors déjà mariés (avec ou sans enfants). Parmi eux, mon ancêtre Louis Victor Méa, 29 ans, échappe à l’appel sous les drapeaux, étant marié et déjà père de 2 enfants.

Etape n°3 : la Garde Nationale Sédentaire est rétablie

Enfin, le 12 août 1870, la Garde Nationale « historique » est rétablie selon les dispositions de la loi de 1851. C’est-à-dire que tous les hommes de plus de 20 ans doivent y être inscrits quelle que soit leur situation maritale. A l’exception des militaires et de ceux qui sont déjà inscrits dans la garde nationale mobile.

De ce fait, chaque commune doit procéder au recensement de tous les hommes susceptibles de constituer la Garde Nationale.

Ceux-ci doivent ensuite être répartis en deux catégories :

  • un service ordinaire, constitué de tous les hommes aptes de moins de 55 ans, à l’exception de ceux qui avaient droit à une dispense.
  • une réserve, constituée de tous les hommes de plus de 55 ans, et des dispensés.

Ainsi, le 15 août 1870, le maire de Tauxières procède au recensement des hommes appelés à constituer la Garde Nationale Sédentaire. La liste provisoire dressée par le maire est ensuite approuvée par le conseil de recensement le 31 août 1870. Ce jour-là, les membres du conseil de recensement, dont mon ancêtre Nicolas Stanislas Gélot, prêtent serment avec ces mots : « je jure obéissance à la constitution et fidélité à l’Empereur »

Recensement de la garde nationale sédentaire

Recensement de la garde nationale sédentaire de Tauxières (source : AD 51, cote E dépôt 8739)

Que nous apprennent les listes de recensement

Les listes de recensement de la Garde Nationale ont été conservées dans les archives de la commune (déposées aux Archives Départementales). Elles permettent ainsi de découvrir la liste de tous les hommes du village appelés à constituer la garde nationale sédentaire :

  • 34 hommes, âgés de 22 à 54 ans, sont inclus dans le service ordinaire : parmi eux, deux de mes ancêtres directs Nicolas Stanislas Gélot et Louis Victor Méa ;
  • 20 hommes, âgés de 38 à 73 ans, sont inclus dans la réserve.

La liste inclut également trois « étrangers » : deux hommes venant du Luxembourg et un homme de nationalité polonaise (bien qu’étant né et ayant grandi dans la commune), qui demande à être inscrit dans la garde nationale.

Recensement des

Recensement des « étrangers » de la garde nationale sédentaire de Tauxières (source : AD 51, cote E dépôt 8739)

Ces listes sont particulièrement intéressantes puisqu’elles indiquent les raisons pour lesquelles certains hommes ont été dispensés de service dans la Garde Nationale ou inclus dans la réserve.

Réserve de la garde nationale sédentaire

Réserve de la garde nationale sédentaire de Tauxières (source : AD 51, cote E dépôt 8739)

Les raisons de dispenses étaient nombreuses :

  • des dispenses d’ordre physique (« faiblesse », « claudication », « sourd », « maladif », etc.) ou d’âge (« âgé de plus de 55 ans ») ;
  • des dispenses liées à la profession (« usine à conduire », « à cause de sa profession », « à cause de son service public », « cantonnier », etc.). En effet, les hommes travaillant pour la fonction publique étaient dispensés. De même que ceux qui avaient une usine à conduire et ne pouvaient donc pas s’absenter facilement.
  • des dispenses liées aux revenus (« service trop onéreux »). Pour les hommes ayant de faibles revenus, le service dans la garde nationale pouvait en effet représenter une charge importante : à cause des dépenses engendrées (dans la plupart des cas, les hommes devaient fournir eux mêmes leur uniforme), mais également à cause du temps de service pendant lequel ils ne pouvaient pas travailler.
  • des dispenses liées au domicile (« moins d’un an de résidence »). Les hommes résidant dans une commune depuis moins d’un an étaient en effet dispensés.

Ces listes permettent également de connaître la date de l’établissement des hommes dans la commune où ils sont recensés. J’ai ainsi découvert que mon ancêtre Hilaire Joachim Guiset, né dans une commune voisine en 1817, s’était installé à Tauxières en 1840.

Que devient la Garde Nationale Sédentaire

Au départ, la mission de la garde nationale sédentaire est le maintien de l’ordre. Ils ne sont donc pas appelés à partir au combat.

Puis par décret du 29 septembre, la « garde nationale mobilisée » est créée. Celle-ci comprend tous les hommes de la garde nationale sédentaire qui doivent être mobilisés et rejoindre l’armée active.

Dans un premier temps, la mobilisation inclut les célibataires et veufs sans enfants de 21 à 40 ans. Le 2 novembre elle est étendue aux mariés et veufs avec enfants. Toutefois, dans les faits, seuls les célibataires et veufs sans enfants sont finalement mobilisés dans l’armée auxiliaire.

A Tauxières, presque tous les hommes de 21 à 40 ans sont déjà mariés. Ils ne sont donc pas nombreux à partir sous les drapeaux.

Ainsi, même s’ils ont été recensés dans la garde nationale, aucun de mes ancêtres directs vivant à Tauxières n’a eu à combattre pendant la Guerre de 1870. Ils étaient en effet tous soit déjà mariés, soit trop âgés.

Cette période a toutefois dû être assez difficile pour eux, avec l’incertitude de la mobilisation.

Elise



Laisser un commentaire

Chers lecteurs, chères lectrices,

J’ai toujours fait de mon mieux pour répondre à toutes les demandes d’aide postées sur ce blog.

Aujourd’hui, cela n’est plus possible, en raison du grand nombre de demandes reçues (plus d’une vingtaine par semaine).

Vous pouvez bien sûr toujours poster des commentaires ou demander une précision sur un article.

Mais je ne répondrai plus aux demandes d’aides individuelles.

Elise

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.