Retrouver un ancêtre décédé à Paris avant 1860

Comme nous l’avons vu dans un précédent article, les recherches à Paris sont souvent difficiles, car il n’existe plus de registres d’état civil avant 1860. En effet, ceux-ci ont brûlés à Paris en 1871, lors de la Commune. Néanmoins, il existe d’autres ressources qui permettent de contourner ces lacunes.

Dans cet article, nous allons voir comment retrouver un décès à Paris avant 1860, avec l’exemple de mon ancêtre Jean François Martin.

Un ancêtre décédé à Paris au 19ème siècle

Mon ancêtre Jean François Martin semblait avoir vécu toute sa vie dans le département de la Meuse, entre les villages d’Aulnois et d’Euville. Mais, je n’avais retrouvé aucune trace de son décès dans ces deux villages, et, même en élargissant les recherches, sa date et son lieu de son décès restaient introuvables.

Et puis, j’ai découvert l’acte de décès de sa fille, en 1864. Sur cet acte, j’ai eu la surprise d’apprendre qu’il était décédé à Paris. Toutefois, la date de son décès n’était pas précisée.

Par recoupements, j’ai pu néanmoins encadrer la date de son décès. Celui-ci aurait donc eu lieu entre 1852, où il était témoin au mariage de son fils, et 1864, année du décès de sa fille.

Recherches dans l’état civil parisien

La difficulté des recherches à Paris, c’est que les actes d’état civil d’avant 1860 ont été détruits (pendant les incendies de 1871).

Si mon ancêtre était décédé avant cette date, il risquait donc d’être difficile de retrouver sa trace.

C’est pourquoi, dans un premier temps, j’ai consulté les tables décennales de tous les arrondissements entre 1860 et 1864. J’y ai retrouvé un certain nombre de Jean François Martin, mais aucun n’était mon ancêtre. Mon ancêtre était donc décédé entre 1852 et 1860, c’est-à-dire pendant la période où les registres d’état civil ont été détruits.

En théorie, j’aurais pu retrouver mon ancêtre dans les actes d’état civil reconstitués d’avant 1860. Mais ici, deux problèmes se posaient :

  • Au moment de ces recherches, les actes reconstitués d’avant 1860 n’étaient disponibles que sur microfilms aux Archives de Paris. (Depuis, ils sont consultables en ligne).
  • Comme mon ancêtre avait un nom très courant, il y avait beaucoup de Jean François Martin décédés à Paris pendant cette période.

Je n’ai donc pas réussi à retrouver le décès de mon ancêtre de cette façon.

Recherches dans les registres d’inhumations des cimetières parisiens

Je me suis alors intéressée aux autres ressources permettant de retrouver un décès à Paris au 19ème siècle.

J’ai envisagé plusieurs pistes, comme par exemple, les tables de succession et absences et les registres de catholicité. Mais cela n’a pas abouti.

Puis, j’ai orienté mes recherches vers les registres d’inhumations des cimetières parisiens qui venaient d’être indexés par Filae. (Ces registres sont également disponibles sur le site des Archives de Paris, mais ils n’y sont pas indexés).

Les registres d’inhumation sont des registres tenus pour chaque cimetière parisien et dans lesquels toutes les inhumations qui avaient lieu étaient enregistrés chronologiquement.

Pour chaque inhumation, on retrouve les informations suivantes :

  • l’identité de la personne inhumée : nom, prénom et âge.
  • ses date et lieu de décès
  • le type de sépulture : tombe individuelle, fosse commune, etc.
  • l’emplacement de la sépulture : allée, numéro de tombe

Ces registres permettent donc de retrouver le décès et le lieu d’inhumation de n’importe quelle personne enterrée à Paris au cours du 19ème siècle.

Et comme ces registres sont aujourd’hui indexés, il est possible de retrouver son ancêtre simplement à l’aide de son nom, et cela même si on ignore la date et le lieu d’inhumation.

C’est ainsi que je suis tombée sur l’inhumation d’un dénommé Jean François Martin, décédé en 1857 à l’âge de 80 ans. Mon ancêtre étant né en 1776, cela pouvait tout à fait correspondre.

Cependant, le registre d’inhumation, provenant du cimetière de Montparnasse, ne donnait pas suffisamment d’informations pour confirmer qu’il s’agissait bien de mon ancêtre.

En effet, on y apprend simplement qu’il était décédé dans le 12ème arrondissement, et qu’il avait été inhumé le 2 mars 1857, dans la fosse commune du cimetière de Montparnasse.

Extrait des registres d’inhumation du cimetière de Montparnasse

Extrait des registres d’inhumation du cimetière de Montparnasse

Recherche de l’acte de décès dans l’état civil reconstitué

J’ai donc poursuivi les recherches sur ce Jean François Martin, pour savoir s’il pouvait s’agir de mon ancêtre.

Par chance, son acte de décès avait été reconstitué, et cela m’a permis de confirmer qu’il s’agissait bien de mon ancêtre :

Acte de décès reconstitué de mon ancêtre Jean François Martin (Paris, XIXème siècle)

Acte de décès reconstitué de mon ancêtre Jean François Martin (Paris, XIXème siècle)

En effet, l’acte indiquait que Jean François Martin venait de la Meuse, qu’il était âgé de 80 ans, et qu’il était veuf de Marguerite Denise. Ce qui correspondait en tout point à mon ancêtre.

Par ailleurs, l’acte m’a permis de découvrir deux autres informations :

  • il vivait au n°305 de la rue Mouffetard
  • il est décédé au n°1 rue Lacépède.

Or, cette dernière adresse correspondait à l’hôpital de la Pitié, qui se trouvait alors dans cette rue.

L’ancien hôpital de la Pitié, rue Lacépède, par Paul-Joseph-Victor DargaudL’ancien hôpital de la Pitié, rue Lacépède, par Paul-Joseph-Victor Dargaud

L’ancien hôpital de la Pitié, rue Lacépède, par Paul-Joseph-Victor Dargaud

Mon ancêtre était donc probablement décédé à l’hôpital. Je me suis donc dirigée vers les archives hospitalières pour y retrouver sa trace.

Recherches dans les archives hospitalières de Paris

Les archives hospitalières parisiennes sont composées d’un grand nombre de registres. Pour chaque hôpital parisien, on y retrouve en particulier :

  • des registres d’admissions, indiquant les noms des patients hospitalisés, ainsi que la raison de leur admission ;
  • des registres des décès, listant tous les décès survenus dans l’hôpital, avec la cause du décès.

Les archives hospitalières permettent donc de découvrir la durée et la raison de l’hospitalisation d’un ancêtre. Et de plus, elles ont récemment été mises en ligne par l’Assistance Publique et les Hôpitaux de Paris.

J’ai donc fait une recherche dans les registres d’admission de l’Hôpital de la Pitié, et j’y ai découvert l’hospitalisation de mon ancêtre, le 23 février 1857, soit 5 jours avant son décès.

Extrait des registres d’admissions de l’Hôpital de la Pitié (Paris)

Extrait des registres d’admissions de l’Hôpital de la Pitié (Paris)

Ce registre d’admission m’a également appris la raison de son hospitalisation : une fièvre à cause d’une bronchopneumonie.

Ensuite, j’ai retrouvé sa déclaration de décès, enregistrée quelques jours plus tard dans les registres de l’hôpital. Ce registre confirme que la cause de son décès est bien une bronchopneumonie :

Extrait du registre des décès de l’Hôpital de la Pitié (Paris)

Extrait du registre des décès de l’Hôpital de la Pitié (Paris)

Ainsi, alors que je ne pensais pas pouvoir retrouver mon ancêtre, je me retrouve avec de nombreux éléments sur sa fin de vie. J’ai non seulement découvert sa date de décès mais également,

  • son adresse,
  • son lieu exact de décès,
  • la cause de son décès,
  • et son lieu exact d’inhumation.

Récapitulatif des ressources pour retrouver vos ancêtres à Paris

Au final, malgré la destruction des registres d’état civil, il existe un grand nombre de ressources permettant de retrouver un décès à Paris avant 1860 :

Et vous, avez-vous déjà retrouvé un ancêtre à Paris avant 1860 ? Quelles sont les ressources que vous avez utilisées ?

Elise Lenoble

40 Outils pour Retrouver vos Ancêtres !

40 outils généalogiques pour retrouver vos ancêtres

Pour retrouver vos ancêtres et progresser dans votre généalogie, recevez gratuitement le livret   40 Outils pour Retrouver vos Ancêtres .

Pour cela, dites-moi simplement à quelle adresse e-mail je dois vous l’envoyer :



Laisser un commentaire

Chers lecteurs, chères lectrices,

J’ai toujours fait de mon mieux pour répondre à toutes les demandes d’aide postées sur ce blog.

Aujourd’hui, cela n’est plus possible, en raison du grand nombre de demandes reçues (plus d’une vingtaine par semaine).

Vous pouvez bien sûr toujours poster des commentaires ou demander une précision sur un article.

Mais je ne répondrai plus aux demandes d’aides individuelles.

Elise

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.