Six résolutions généalogiques pour 2016

bilan et résolutions généalogiquesLe début d’année est toujours aussi propice aux bonnes résolutions. Cette année, comme les précédentes, il est donc temps de dresser un bilan généalogique de l’année écoulée, et de vous présenter mes résolutions pour 2016.

En début d’année dernière, j’avais formulé 9 résolutions, dans trois domaines : les recherches généalogiques, l’organisation et les évènements généalogiques.

Recherches généalogiques

Du côté des recherches généalogiques, j’avais formulé trois résolutions pour 2015 :

  • continuer à écrire l’histoire de ma famille ;
  • retourner au SHD et aux Archives Nationales ;
  • continuer à découvrir d’autres services d’archives.

J’ai continué à écrire sur mes ancêtres, et à faire des recherches pour mieux comprendre leur vie. Pour m’aider dans la rédaction de mon histoire familiale, j’ai mis au point une méthode basée sur 26 questions pour écrire l’histoire d’un ancêtre, que j’ai mise en pratique à l’occasion du Challenge A à Z, en juin.

L’une des grandes satisfactions de l’année a été de terminer un livre sur mes ancêtres pendant la Première Guerre Mondiale, et de l’offrir à Noël à ma famille.

Je suis retournée à différentes reprises au SHD de Vincennes, pour faire des recherches sur mes ancêtres officiers, et j’ai ainsi découvert une grande partie du parcours militaire de mon ancêtre Joseph Pierrard. Je suis également retournée aux Archives Nationales pour des recherches plus anecdotiques, dans les archives notariales.

J’ai continué à explorer de nouveaux fonds (archives hospitalières, passeports, etc.) aux Archives Départementales de Seine-Maritime. Enfin, j’ai découvert les Archives Départementales de la Loire où j’ai fait des recherches dans les archives notariales pour en savoir plus sur mes ancêtres foréziens.

Organisation et outils de travail généalogique

En termes d’organisation, mes résolutions pour 2015 étaient les suivantes :

  • mettre au point une nouvelle organisation sur laquelle j’avais commencé à réfléchir ;
  • continuer à développer des outils de travail pour ma généalogie ;
  • explorer les possibilités offertes par d’autres outils pour illustrer mon histoire familiale.

J’ai relativement bien avancé sur ces points, même si je n’en ai pas beaucoup parlé sur ce blog (j’essaierai de réparer cela en 2016).

Le projet qui m’a le plus occupée en 2015, a été de reprendre ma généalogie à zéro, tout en mettant en place ma nouvelle organisation. Bien sûr, je n’ai pas fait table rase de toutes mes recherches antérieures, mais j’ai recommencé toute la saisie des données, sur de nouvelles bases. Ce projet est bien sûr loin d’être fini, puisqu’au fur et à mesure de la reprise des données anciennes, je fais de nouvelles découvertes : j’ai retravaillé sur des branches un peu délaissées jusque-là, et exploré de nouvelles ressources. Reprendre ma généalogie a donc été un des grands plaisirs de 2015.

J’ai également eu l’occasion de suivre le MOOC « Bien archiver : la réponse au désordre numérique » proposé par le CR2PA. Ce MOOC évoque principalement l’archivage managérial, dans le cadre des entreprises. J’y ai principalement trouvé un intérêt pour ma vie professionnelle, et il m’a permis de réfléchir à la façon de sauvegarder et archiver nos données généalogiques.

Événements et rencontres généalogiques

Pour les évènements généalogiques, mes résolutions pour 2015 étaient :

  • continuer à participer aux Matins Malins ;
  • suivre Rootstech en ligne ;
  • participer au Congrès national de Généalogie à Poitiers.

Faute de temps, je ne suis pas allée au Congrès de Poitiers et je n’ai assisté qu’à une seule session des Matins Malins : celle animée en partie par Maïwenn sur les inventaires des archives en ligne. J’ai toutefois suivi toutes les autres sessions par l’intermédiaire des live-tweets.

En février, comme je l’avais prévu, j’ai suivi une grande partie de conférences du Rootstech qui étaient proposées en ligne, ainsi que les discours d’ouverture (keynotes) des différentes journées.

Dans cette partie, il y a également eu quelques évènements imprévus. J’ai ainsi pu assister à une passionnante conférence organisée par l’AEPF et consacrée à l’écriture de la biographie d’un soldat de la Grande Guerre.

Enfin, je me suis rendue début mars au premier Grand Salon de la Généalogie organisé à la Mairie du 15ème arrondissement de Paris. Un salon très sympathique (malgré la difficulté à circuler) qui m’a donné l’occasion de recroiser Nathalie et d’assister à une conférence sur les Recherches en Italie.

Mes résolutions pour 2016

  • Concentrer mes recherches sur ma branche normande : reprendre toutes mes recherches sur cette branche, retourner aux Archives Départementales de la Seine-Maritime (et dans leur bibliothèque) afin de retrouver davantage d’informations sur leur contexte de vie, développer également mes recherches sur mes ancêtres flamands et foréziens, qui sont liés à cette branche normande.
  • Retourner aux Archives Départementales de la Loire : approfondir mes recherches sur mes ancêtres du Forez, et découvrir peut-être ce qui a poussé l’un d’entre eux à venir s’installer en Normandie.
  • Ecrire l’histoire familiale de cette branche d’ancêtres normands : poursuivre l’écriture de l’histoire de Louis-Philippe Grandsire, écrire sur les autres membres de cette branche, dans l’optique d’en faire un petit livre à destination de ma famille.
  • Poursuivre mes recherches dans les grands centres d’archives parisiens : retourner aux SHD pour découvrir la suite du parcours de Joseph Pierrard en tant qu’officier, retourner au CARAN, pour découvrir si l’un de mes ancêtres marnais était effectivement propriétaire d’une maison rue Mouffetard, à Paris, découvrir le site des Archives Nationales à Pierrefitte.
  • Participer à quelques évènements et rencontres : retourner au Salon de Généalogie organisé par la Mairie du 15ème arrondissement de Paris, début mars, assister à quelques sessions des Matins Malins (en fonction de leur localisation et des thèmes abordés), découvrir si possible d’autres salons ou évènements généalogiques.
  • Continuer à suivre l’actualité généalogique : continuer ma veille des blogs sur les réseaux sociaux et à participer au Généafil, suivre cette année encore Rootstech et les live-tweets des Matins Malins auxquels je ne pourrais pas assister.

Et bien sûr, continuer à bloguer (un peu plus régulièrement, je l’espère), continuer à sortir de l’ombre mes ancêtres Invisibles, et à partager mes découvertes !

Elise



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.